Une fin d’allaitement

Ce blog tourne essentiellement sur des réalisations, dessin, couture. Mais ce titre porte aussi sur la façon dont je fais les choses.

Et j’ai envie de parler de mon expérience d’allaitement. Cette seconde expérience.

Attention : je ne veux pas lancer un débat sur le sujet. Je pense que la meilleure solution pour nourrir son bébé est celle qui nous convient en tant que maman, celle avec laquelle nous sommes à l’aise. 

Pour l’avoir vécu deux fois, je sais qu’on se pose beaucoup de questions, et j’ai aimé entendre des témoignages (pas des conseils), parce que d’un témoignage on prend ce qui nous convient et on laisse le reste. 

Maintenant que les choses sont claires, voila ce que j’ai à raconter.

Il y a 1 mois et demi, j’ai donné ma dernière tétée à ma toute petite Poupette (j’ai commencé cet article le 01/09!!!). Elle venait d’avoir 8 mois. Je m’étais dit que je continuerait au plus tard jusqu’à la fin des vacances, ou plus tôt si je n’avais plus de lait. Par bonheur ça s’est trouvé en même temps. Pour mon Petit Bonhomme, j’avais arrêté peu avant ses 6 mois, alors que j’avais encore beaucoup de lait, mais j’étais épuisée, à bout, et j’ai regretté que ça s’arrête ainsi.

Du coup cette fois j’ai fait en sorte de tenir la forme.

Il y a 2 ans 1/2, j’avais repris le travail en continuant les tétées matin, soir et nuits, lorsqu’il avait 4 mois. J’ai rapidement repris le sport, je voulais tout refaire vite. Mais en n’ayant pas eu une seule nuit complète depuis sa naissance. Vers ses 5 mois 1/2 j’avais des chutes de tension, je ne pouvais plus rien faire.

Du coup j’ai progressivement arrêté les tétées matin et nuit, puis finalement soir. Et j’ai demandé à son papa de prendre le relais pour les nuits une semaine complète, pour redormir un peu. Il a été super.

Cette fois, je ne voulais pas que ça se passe comme ça.

A la maternité

A la maternité, a la naissance de petit Bonhomme, ils nous faisaient tellement peur sur le sommeil de bébé, qui devait absolument dormir dans son lit, que j’avais passé mes nuits à le remettre dans son lit, dans lequel il n’était pas bien, je le reprenais, le berçais, lui donnais une tétée, le calmais, le recouchais et c’était reparti. J’en pleurais le matin. De plus, on ne m’avait pas forcément donné tous les « trucs ». J’avais beaucoup de lait à gauche, ça venait tellement fort qu’il n’arrivait pas à téter, je le plaçais peut être mal aussi de ce coté là. Toujours est il qu’en rentrant à la maison, avec la montée de lait, j’étais désespérée, ça coulait à flots, je n’arrivais pas à gérer. Ce soir la ma super amie de toujours qui avait vécu ça deux ans avant m’appelle et me raconte comment c’était pour elle, et aussi me donne un truc génial : la tétée couchée sur le coté. ça a tout changé, ça a marché super bien et m’a redonné le moral.

A la naissance de Petite Poupette, elle a tout compris tout de suite. C’était génial ce petit bout d’une heure à peine qui trouve comment ça marche! (Je crois qu’elle a déjà tout compris en général en fait cette petite là).

Et les nuits, plus en confiance, je la gardais contre moi, je savais que je ne dormirais pas beaucoup, et je me suis dit qu’à tout prendre, autant ne pas nous stresser et caliner. C’était génial et je n’ai pas eu de remarques du personnel. Comme pour son grand frère, je dormais en journée quand leur papa était la et ils dormaient sur lui.

Retour à la maison

Cette fois encore, monté de lait en rentrant à la maison, mais c’est fou comme l’ayant vécu une première fois, je l’ai bien mieux supporté. Je me souviens juste que j’avais quand même régulièrement besoin de désengorger, mais pas de soucis.

6 semaines

c’est le délai que m’avait donné la sage femme la première fois avant de commencer à donner des biberons de mon lait. Plus tôt on prend le risque que le bébé ne prenne plus le sein. Il faut laisser le temps que ça s’installe bien. On l’a fait pour petit Bonhomme, son papa étant ravi de lui donner un petit bib le soir en rentrant du travail. Cette fois on a essayé mais avec 2 enfants, c’est plus speed à cette heure la. Du coup au bout d’une semaine ou on n’avait pu le faire qu’une fois, on a tous les deux eu une révélation. Et s’il donnait le 2e repas de la nuit (elle était encore à 2 repas par nuit). Du coup comme ça on pouvait dormir chacun une moitié de nuit, c’était plutôt bien, et moi je tirais mon lait le matin.

Elle a pris le bib sans le moindre souci.

Presque 3 mois

La elle a commencé à ne faire plus qu’un repas par nuit, ce qui m’arrangeait bien, une semaine avant la reprise du travail. Du coup on a decidé de faire une nuit de garde chacun son tour. Ma première nuit complète! Au bout de deux nuits comme ça, je me suis dit que ça ne serait pas longtemps gérable de me réveiller avec les seins engorgés les nuits ou je ne la nourissais pas.

Je voulais tirer mon lait en journée une fois repartie au travail, je ne me voyais pas tirer mon lait pour le bib de nuit en plus des repas de la journée. Je n’avais vraiment pas envie de lui donner du lait artificiel si tôt, mais l’idée de nuits entières a eu raison de ma conviction. Je me suis dit que ma fille avait plus besoin d’une maman en forme que de mon lait uniquement.

Reprise du travail

Du coup en ayant dormis des nuits complètes ça allait bien. Et puis aussi je prenais une semaine de congés 1 mois plus tard, pour cause de vacances de leur nounou. Du coup je me suis dit que je voulais continuer à l’allaiter en journée pour profiter encore pendant les vacances. Je me suis donc renseignée sur comment ça se passait au travail pour pouvoir tirer le lait. Une de mes copines collègue m’a bien rassurée la dessus : la aussi ça compte l’expérience des autres (et j’en profite pour la remercier) parce que je n’avais même pas osé la première fois.

Ce n’était pas le plus comfortable tout de même, la salle mise à disposition dépendant de disponibilités d’autres collègues : c’est très désagréable de devoir déranger des gens qui travaillent, même s’ils répondent gentiment. Mais j’étais bien motivée. Puis les vacances finies, je me suis dit qu’avec tous les ponts de mai qui arrivaient, j’allais poursuivre encore un peu.

Un Week End en amoureux

Début juin, nous avions prévu un weekend avec leur papa. Du coup j’ai arrêté les tétées en journée peu avant, pour ne pas être gênée tout le weekend. Et de toute façon je pensais ne garder que le matin et soir ensuite.

du coup ça s’est bien fait, j’avais pris mon petit tire lait manuel pour le matin et le soir à l’hôtel.

En rentrant, aucun souci, elle a repris le sein sans problèmes.

Les nuits!

c’est aussi ce weekend la qu’elle a commencé à faire ses nuits. C’était arrivé quelques fois éparses avant, mais la c’était pour de bon (avant la canicule…). La première était la nuit avant notre départ, ça s’est poursuivi le weekend, et ça a continué à mon retour, ce qui m’a bien rassurée: mon amoureux pensait qu’elle ne ferait enfin ses nuits qu’avec un biberon le soir. Fin du mythe, un bébé fait ses nuits quand il le veut/peut(?) bien, pas parce qu’il est calé par un bib bourré de céréales!

Eté

J’ai ensuite arrêté la tétée du matin, ce n’était pas forcément le moment le plus câlin dans la préparation du matin, surtout qu’elle multipliait les petites tétées, elle ne prenait pas assez. Mais j’aimais trop celle du soir, c’était un moment super agréable.

Du coup j’ai eu assez de lait encore un mois (donc presque jusqu’à ses 7 mois) et ensuite je complétais.

La fin

Cette dernière semaine de vacances, elle ne demandait plus, alors qu’encore quelques jours avant ça lui arrivait de chercher une tétée même en journée. Je lui proposais le soir, mais la plupart du temps elle ne voulait pas : ce n’est pas pratique pour voir tout ce qui se passe autour. J’ai donc eu une mini tétée avant son dodo ce dimanche soir, j’étais heureuse et émue.

Je n’avais vraiment plus rien du tout, je n’ai pas été génée ni engorgée.

En pratique

Tire lait : on m’avait preté il y a 3 ans un tire lait manuel Avent. J’en étais contente et je m’en suis racheté un. pour un usage ponctuel c’est bien. Une fois par jour aussi. Je ne le conseille pas pour la reprise du travail.
Et j’ai loué avec une ordonnance le tire lait électrique Medela. Un peu encombrant mais hyper efficace. On achète juste les tuyaux et téterelle et du coup j’ai un peu regretté de n’en avoir pris qu’un parce qu’il peut être installé en double pompe ce qui aurait peut être rendu les séances de tirage de lait au travail bien plus rapides et moins contraignantes .

Vêtements:
Ça vaut le coup d’investir un minimum en soutiens gorge d’allaitement et quelques dessus. Chez H&M et vertbaudet il y a de quoi faire.
J’ai hésité à m’acheter des robes mais rien de ce que j’ai trouvé dans mes prix ne me plaisait. Du coup je n’ai pas mis de robes pendant tout ce temps ce n’est vraiment pas pratique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s